logo
rss  Vol. XV - Nº 248         Montreal, QC, Canadá - quinta-feira, 28 de Agosto de 2014
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContacto arrowÚltima hora arrowClima
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Benjamin Pimentel : un portrait du magicien de l'image


Jules Nadeau



Après 24 belles années bien remplies à Photo Galicia, Benjamin Pimentel et Maria de Lourdes viennent de mettre la clé dans la porte de l'institution bien connue de la rue Saint-Laurent. Une multitude de compatriotes y ont défilé. Tous désireux de graver les grandes étapes de la vie. Naissances, premières communions, confirmations et mariages. Qui n'a pas un souvenir de famille signé Photo Galicia dans le salon?

benjamim pimentel
Après 24 belles années bien remplies à Photo Galicia, Benjamin Pimentel et Maria de Lourdes viennent de mettre la clé dans la porte de l'institution bien connue de la rue Saint-Laurent
Foto: Jules Nadeau, LusoPresse

Qui est ce Benjamin Pimentel qui vous a fait faire «cheese» dans son studio. C'est un artiste habile de ses dix doigts qui a appris la photographie par lui-même avec son propre Nikon, tous ses livres, ses tests et un esprit curieux.

Un jour, en 1984, un photographe professionnel ordonne à l'amateur d'aller «faire un mariage». C'est sa première assignation solo. «T'es capable!» lui lance-t-il avec raison. Mission accomplie! En 1987, il fait le grand bond en achetant Photo Galicia de l'homme d'affaires João Carvalho.

La force de Benjamin Pimentel? D'abord, «c'est un gars intelligent», résume un journaliste qui le connaît depuis ses jeunes années à São Miguel. Puis son appétit pour la technologie, c'est-à-dire les appareils du dernier cri et le numérique. Toujours à la page! C'est justement le numérique qui fait de lui un vrai magicien en matière de retouches.

Non seulement répare-t-il les vieilles photos abîmées, mais il fait apparaître des personnages côte à côte comme il en fait disparaître. «Je n'ai pas de photo de moi avec mon mari», se plaint une femme? Qu»à cela ne tienne, en une heure de travail, pour 120 dollars, il crée une merveilleuse photo inédite du couple. Résultat hallucinant à comparer avec l'original.

Derrière la caméra, il y a Benjamin Pimentel et derrière Benjamin il y a Maria de Lourdes. Son infatigable collaboratrice. Ils ont fait 24 ans à Photo Galicia et 48 ans en mariage. Les amoureux sont tous originaires de Cabouco (Lagoa) et c'est elle qui est venue d'abord venue à Montréal pour rejoindre un beau-frère. Le couple est marié depuis 1963. Trois grands enfants.

LusoPresse a voulu faire le point sur la carrière de cet observateur privilégié de la communauté. Comment l'autodidacte s'est imposé dans son métier et pourquoi il vient de fermer boutique? Dans notre prochain numéro, notre reporter Jules Nadeau en tracera le portrait. Écrit. À partir des heures d'entrevues à sa résidence montréalaise. Un retraité tout équipé encore prêt à aller vous croquer pour la postérité. Photographe un jour, photographe toujours!

À suivre.

Lire ici la version portugaise

O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

Apesar das resistências encontradas na imprensa portuguesa em geral, o LusoPresse decidiu adoptar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa pelas razões que já tivemos a oportunidade  de referir noutro local.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.
 
Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2014